S’évader

Un peu de légèreté, d’expériences enrichissantes, de moments pour soi, de partage de bonnes pratiques managériales voilà ce que nous souhaitons partager avec vous autour du thème « BIEN-ÊTRE » pour un équilibre vie pro vie perso.

Devenir le sujet de ses décisions et non l’objet de ses émotions.

Le concept d’Intelligence Émotionnelle a été proposé en 1990 par les psychologues Peter Salovey et John Mayer et a ensuite été popularisé par Daniel Goleman et Reuven Bar-On. Cette composante émotionnelle permet de mieux comprendre l’intelligence, au-delà des aspects cognitifs tels que la mémoire et la capacité à résoudre des problèmes.

Quand nous sommes éveillés, 90% de notre temps, nous ressentons des émotions. Autant dire qu’il peut être utile de comprendre comment nous fonctionnons. En effet, à compétences techniques et formation équivalentes, c’est bien le savoir-être qui permet d’avoir la juste attitude, l’expression adaptée ou la réaction appropriée pour interagir efficacement avec les autres. La bonne nouvelle, c’est que chacun peut développer son « quotient émotionnel ». Pour cela, il faut accepter de changer, apprendre des comportements passés, et agir pour amorcer une transformation.

L’enjeu est donc d’identifier les émotions, de les exprimer, les comprendre, pour les utiliser au mieux et les réguler.Réguler ses émotions

Pour ce faire les chercheurs nous invitent à commencer par trouver l’émotion source entre peur, tristesse, surprise, dégout, joie, colère. Cette capacité à identifier avec justesse l’émotion nous permet de la mettre en mots et de nous exprimer de façon précise avec les autres si besoin. Par exemple au lieu d’un vague « je vais mal » nous dirons « je suis triste ».

La phase suivante consiste à comprendre et analyser ce qui se passe en nous : quel a été le déclencheur de cette émotion, dans quel contexte est-elle apparue et enfin quelles ont été les conséquences (réactions, manifestations physiques…) ?

Ensuite, l’idée est d’arriver à utiliser consciemment les émotions, de choisir quand les activer et non pas les subir.  A partir de ce moment, l’émotion devient une alliée : nous pouvons réguler nos émotions, modifier leur intensité pour accroître notre bien-être.

Plusieurs stratégies s’appliquent selon les situations comme réussir à agir dès la situation déclencheur, travailler sur les manifestations via la respiration ou la méditation, ou encore positiver, revenir aux enjeux de la situation et passer à l’action plutôt que ruminer. Tout cela permet de relativiser, sans nier l’émotion mais en la maîtrisant.

Pour un manager, l’Intelligence Émotionnelle est une compétence clé.

Bien comprendre ce qu’il ressent va le conduire à plus d’empathie avec les autres, à veiller à créer de l’harmonie dans les relations, généralement un puissant levier de motivation pour l’équipe. En tant que leader, il saura aussi écouter et développer le potentiel de chacun pour avoir une équipe soudée et performante. Un moyen de reconnecter chaque collaborateur avec lui-même et ses émotions et par là-même avec les autres, c’est de l’amener sur un terrain vierge, décorrélé du quotidien.

Art for Me vous propose de révéler les potentiels par la pratique artistique. Voici quelques bénéfices exprimés par des participants suite à une intervention bienveillante : avoir osé faire quelque chose de nouveau, se faire d’avantage confiance, mieux se connaître, accepter la différence.

En conclusion, à l’heure où l’Intelligence Artificielle se développe à toute allure, savoir maîtriser ses émotions devient un vrai plus. C’est en effet bénéfique à l’individu parce que cela va agir sur son bien-être, sa santé et améliorer sa relation aux autres. C’est également bénéfique à l’entreprise parce que cela va impacter positivement la motivation des salariés, permettre la rétention des talents, générer moins de conflits et donc augmenter sa productivité. Et par répercussion, cela est donc bénéfique à la société en général.

 

La 14ème Semaine pour la qualité de vie au travail qui a eu lieu du 9 au 13 octobre 2017 s’est déroulée sous le leitmotiv suivant : « un management de qualité, ça s’apprend ? »

Et la réponse est oui !

Garance carré 1

En effet, de plus en plus d’entreprises cherchent à évoluer vers un management de qualité, car elles ont compris que c’était la clé pour concilier performance et bien-être au travail. Lorsque l’on parle de management de qualité, il s’agit de mettre l’humain au cœur de l’organisation, de veiller à son épanouissement personnel, au contenu de son travail, à l’aménagement des espaces de travail, à l’ambiance de travail,… et de créer du lien entre les salariés.

Les managers doivent être préparés à cette nouvelle approche du management, en particulier apprendre à intégrer l’humain dans la conduite des transformations, des équipes et des organisations.

Certains organismes de formation introduisent déjà dans leurs programmes destinés aux manageurs d’aujourd’hui et de demain (formation initiale et formation continue), les concepts de qualité de vie au travail. Ils s’appuient notamment la diffusion d’initiatives et d’innovations managériales en matière de qualité de vie au travail.

Nous voulions mettre en lumière l’initiative de Garance Mutuelle qui a organisé pour la deuxième année, un séminaire d’entreprise sur le thème du bien-être au travail. 90 salariés ont été réunis dans les locaux parisiens. Au programme : un atelier posture, un atelier jardinage et la création d’une fresque collective avec Art for Me, dans laquelle chacun a exprimé en dessins et mots-clés sa vision du bien-être. De très agréables moments de partage qui ont rendu chacun très fiers d’appartenir à cette belle entreprise qu’est Garance. D’ailleurs, ce n’est sûrement pas par hasard que l’entreprise est rentrée au classement des entreprises où il fait bon travailler.

Un projet d’événement autour du bien-être au travail, une journée « j’aime ma boîte » à organiser ? Contactez-nous…

 

Quel que soit le contexte dans lequel l’événement est organisé (intégrer de nouveaux collaborateurs, innover pour faire face au changement, lancer un nouveau service ou produit…) donner du sens pour avancer collectivement est une priorité pour l’entreprise.

Outre les éléments essentiels à la bonne organisation de l’événement tels que fixer une date bien en amont pour avoir le temps de s’organiser, définir clairement la raison d’être du séminaire, choisir des prestataires spécialistes dans leurs domaines, valider en interne le budget disponible, il faut veiller à ce que chaque participant se sente suffisamment à l’aise pour avoir envie de donner son avis et partager avec le groupe. Comment créer ce climat de confiance et choisir le type d’animation favorisant le lâcher-prise ? Voici nos conseils :

  • Se réunir dans un lieu atypique

Ne pas rester dans les locaux de l’entreprise lors d’une animation, c’est déjà ne pas avoir la tentation de passer en coup de vent dans son bureau à la pause et (presque) l’assurance de ne pas être dérangé par un collègue qui veut votre avis sur un dossier… bref c’est être en « terrain neutre ». 100% disponible pour vivre pleinement ce moment.

Changer de cadre, se retrouver dans un lieu original, permet en outre d’être vraiment dépaysé et enclin au lâcher-prise.

  • Proposer une animation qui favorise l’échange.

Parfois l’activité proposée durant le séminaire rime avec compétition et challenge, pas forcément idéal pour mettre tout le monde à l’aise, stimuler l’équipe et révéler les talents des uns et des autres !

Du choix d’une animation qui met tout le monde au même niveau, sans barrière hiérarchique, découle une vraie richesse. En étant soi-même, à l’écoute des autres, de nouveaux comportements et par là-même de nouvelles idées peuvent émerger.

luca-upper-97759Notre conseil : privilégier une activité qui associe à la fois convivialité, échange et valeurs de l’entreprise. Cela peut se faire par le biais du sport ou encore de l’art. L’introverti se découvrira trouvera peut-être une vraie patte en dessin et se verra proposer le rôle de facilitateur graphique lors d’une prochaine réunion…

  • Créer ensemble.

A l’heure où l’on parle de transformation digitale, de management agile, de lien intergénérationnel, le faire ensemble trouve tout son sens car comme le dit le proverbe « tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin ».

En créant on fait appel à son imagination, à sa sensibilité, son intuition, et plus largement à des qualités qui ne sont pas toujours stimulées au quotidien, selon le métier exercé.

Ensemble, on apprend à aider et être aidé dans une démarche de co-développement.

Créer ensemble, c’est booster le potentiel de chacun et tisser du lien, développer l’attachement à l’entreprise et ça, les équipes aiment !

En pratique pour vos animations et séminaires :

Art for Me vous propose une nouvelle façon de créer du lien dans la bonne humeur et la convivialité, avec différentes formules d’ateliers artistiques à la fois faciles à mettre en œuvre tout en étant spécifiques à votre besoin. Durant une animation Art for Me, un artiste et un coach guident l’équipe pas à pas pour réaliser une œuvre unique, pouvant traduire les valeurs de l’entreprise, inspirée d’art abstrait ou de street art, en peinture, feutre ou bombe aérosol.

Nous travaillons avec différents organisateurs d’évènements que nous recommandons pour leur professionnalisme :

Le coaching d’équipe par l’art pourrait bien être la technique dont vous rêviez pour amener une équipe à se dépasser. Le processus artistique permet un lâcher-prise qui donne à voir les fonctionnements individuels et collectifs. L’équipe qui en prend conscience peut alors décider de les amplifier ou de les modifier.

QUAND RECOURIR AU COACHING PAR L’ART ?

Restructuration, rachat, création d’entreprise, perte de motivation, départ d’un manager… Les raisons de recourir au coaching pour dynamiser et cimenter une équipe, en particulier en période de changement, sont légion.

Cet accompagnement étalé sur plusieurs mois gagne à s’appuyer lors de certaines séances sur des techniques différentes, pour inviter les coachés à se réinventer face à des situations nouvelles. Un atelier de peinture organisé avec Art for Me peut être l’une de ces techniques.

POURQUOI « FAIRE DE L’ART » EN COACHING ?

Coaching par l'artLe processus créatif est particulièrement efficace pour contourner les fameuses « résistances au changement », par essence porteur d’incertitudes, donc vecteur d’émotions.

En s’adressant à notre « moi » créatif, intuitif et émotionnel, il stimule nos capacités à trouver des solutions en empruntant des chemins situés hors du registre courant de la contrainte (« il faut », « on doit »).

 

DÉROULEMENT D’UNE SÉANCE

L’équipe est invitée par le binôme des animateurs – artiste peintre et coach – à travailler à une œuvre cohérente et harmonieuse, et sur le rôle de chacun-e dans ce projet commun. Proposition artistique, accompagnement technique : l’animateur expose l’objectif artistique et se met au service de l’équipe pour qu’elle libère son potentiel créatif.

Éclairage des comportements, accompagnement de l’effort individuel et collectif : le-la coach… coache, soutenant le processus et accompagnant l’équipe dans l’élaboration de son plan d’action pour l’après-atelier.

COMMENT AGIT L’ART COACHING ?

À travers une activité nouvelle, le coaching par l’art déleste les relations des enjeux quotidiens (rapport hiérarchique, compétition, pression …) tout en donnant à rejouer des situations habituelles. En effet, pour achever l’œuvre collective, les membres de l’équipe auront à :

  • prendre des décisions ensemble (élaboration des couleurs…) ;
  • respecter les délais pour chaque étape ;
  • gérer la pression – intérieure ou extérieure ;
  • prendre en compte les autres réalisations ;
  • vivre dans un temps condensé la nécessité d’échanges constructifs !

Dans cette recherche de synergie, les individus et les équipes se rencontrent différemment. Invités à réinventer leurs fonctionnements, ils peuvent les remettre en question pour choisir de les conserver ou de les abandonner.

QU’APPORTE L’ART COACHING ?

Bien au-delà du team-building, une séance de coaching d’équipe par l’art valorise des savoir-être (soft skills) parfois peu reconnus, voire inexploités : créativité bien sûr, mais aussi écoute, confiance en soi et les autres, (re)connaissance des besoins, assertivité, négociation, sociabilité, vision globale…

Ce défi relevé dans un cadre bienveillant permet de se connaître autrement, à l’écart des enjeux professionnels habituels. L’effort collectif se fait dans une atmosphère ludique et respectueuse de chacun.

Au-delà de la séance, le plaisir et le vécu partagés étoffent les liens entre les personnes et soutiennent la cohésion de l’équipe.

In fine, l’équipe s’engage vers un nouveau « travailler ensemble demain ». Car la créativité s’exprime aussi hors de la sphère artistique !

Léah Mamou-Braitberg
Formatrice et coach certifiée HEC Paris – Soft skills – Créativité – Prévention du burn out

Plus d’information sur les offres Art for Me.

Amoureux du street art, Fanzara, musée à ciel ouvert, vous attend.

Installée depuis un an à Valence, je découvre avec délectation ce petit village fidèle à l’image que je me faisais de l’Espagne rurale où les sexagénaires se reposent à l’ombre sur une chaise.

Mais comment cette bourgade de 300 habitants a-t-elle pu devenir la capitale du street art en Espagne ?

En 2014, la population vieillissante voyant le village dépérir décide de faire appel à des artistes pour le sauver de l’oubli. Une quinzaine d’artistes espagnols bénévoles, et pas des moindres, répondent à l’appel et créent l’association MIAU (Museo inacabado de arte urbain, Musée inachevé d’art urbain). Parmi eux, citons des valenciens connus dans le milieu du street art : Julieta Xlf, Escif (le bansky valencien), Xelön DEIH,…

montage-fanzara

Ils ont rencontré les habitants, tenu compte de leurs goûts, et s’en sont inspirés dans leur réalisations. De ces échanges est né un panel d’œuvres très diverses, poétiques et engagées. Je retiens en particulier ce robot de Xelön, repeignant les toits du village, petit clin d’oeil et symbole de l’entraide entre les 2 générations.

Ainsi, Fanzara témoigne de l’alliance possible entre le street art et la vie locale, de la connexion entre le passé et le futur : 2 heure durant, on découvre des fresques colorées, au détour des ruelles, sur les façades des maisons du village.

Depuis, chaque année, MIAU organise un festival début juillet. De nouveaux artistes viennent peindre et compléter cette œuvre collective. C’est l’occasion d’y rencontrer l’avant-garde de la scène street art espagnole et de découvrir ce musée urbain unique au monde. Comme tout bon musée, des QR codes permettent également aux visiteurs d’en apprendre plus sur chaque réalisation. C’est bien pratique ! Des visites guidées peuvent être organisées.

Ne ratez pas le prochain festival du 6 au 9 juillet 2017 à Fanzara (à 1 heure environ au nord de Valence) www.miaufanzara.org

Jeanne vivant à Valence.

Comment le sport nous met sur la voie de la créativité ?

C’est officiel, les effets positifs du sport sur notre mental sont désormais reconnus !

Faire du sport favorise la cconcentration, la bonne humeur, mais aussi l’imagination et la créativité,… bref le sport développe nos compétences, nous rend plus intelligent !

On ne fait donc plus du sport uniquement pour sculpter son corps, mais aussi pour mettre notre mental dans de meilleures dispositions : se sentir plus libre, plus heureux, plus fort, plus charismatique…

Comment ça marche ?

Il suffit d’utiliser son corps comme un vecteur d’apprentissage pour retrouver l’équilibre entre corps, esprit et cœur.

En effet, la pratique du sport, au-delà du corps, mobilise aussi notre capacité à changer, à nous adapter, encore appelée neuroplasticité, et produit un effet positif sur notre cerveau.

Et ces effets sont encore meilleurs en associant pratique physique et exercice mental, y compris pour retarder les effets du vieillissement.

Alors énoncez des phrases positives à voix hautes lors de vos séances d’exercice cardio, et vous développerez un meilleur tonus physique !

Et quel lien avec la créativité, me direz-vous ?

Et bien, entre équilibre, bonne humeur et créativité, il n’y a qu’un pas !

Lorsque l’on a le moral, on ne ressent pas de pression : le négativisme disparaît et nous sommes plus créatifs.

Le sport agit comme un excellent anti-stress : la pratique régulière d’un sport en aérobie, c’est à dire en endurance, la marche à pied en premier lieu, augmente notre seuil de tolérance au stress.

Et sans stress, notre cerveau est plus libre : nous sommes plus créatifs, plus aptes à fuir la routine… ce grand ennemi de notre cerveau !

Comme c’est l’hiver ma bonne dame, on a fait un musée qui n’en est pas un, dans une école qui n’en est pas une…. A faire absolument !

L’école informatique de codage 42, lancée à l’initiative de Xavier Niel en 2013, le médiatique patron de Free, est une école d’un nouveau genre : une ‘non-profit university’, entièrement gratuite, ouverte 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, basée sur le principe du peer-learning, où les élèves apprennent des autres élèves.

bombes-carreElle accueille depuis octobre 2016 la collection privée de Nicolas Laugero Lasserre et rend ainsi visible le travail d’atelier de 50 artistes majeurs de la scène street art, tels que Shepard Fairey, Banksy, Futura 2000 ou Jef Aérosol,… soit plus de 150 œuvres.

Art 42 devient ainsi le premier espace dédié à l’art urbain à Paris et offre à tous, gratuitement et de manière permanente une exposition permanente.

Voici les 5 bonnes raisons pour lesquelles découvrir absolument Art 42 :

  • parce qu’on est fan de street art, cette forme d’art totalement généreux et gratuit issu de la rue, et que Art 42 est le premier musée de street art du monde, cette forme d’art apparue depuis plusieurs dizaines d’années dans les grandes capitales du monde entier.
  • parce qu’on ne pouvait pas imaginer plus bel écrin pour cet enfant terrible de l’art que cette école d’un nouveau genre qui révèle les petits génies du codage que l’enseignement classique échoue à repérer ! L’ADN de 42 colle parfaitement à l’art urbain, lui-même en recherche permanente de rupture des codes.
  • parce qu’un tel environnement anoblit le travail de ces artistes. On retire l’illégalité et le caractère éphémère de l’art urbain et on ne garde que la beauté d’œuvres très diverses, et cela dans la durée. Certaines œuvres ont été réalisées directement sur place. On est bien loin aujourd’hui du graffiti issu de lettrages tel qu’apparu à l’origine dans le métro de New York.
  • parce qu’en découvrant le travail d’atelier réalisé par les artistes du graffiti et du street art, souvent apparenté à de l’art conceptuel, on découvre les messages véhiculés, leur portées philosophiques,sociologiques, politiques. Marqueurs du présent, les œuvres abordent des problèmes d’identité, de liberté et sont souvent des critiques de la société de consommation…
  • parce qu’on se dit que les étudiants de l’école 42, ont de la chance d’étudier dans un environnement aussi émulateur et inspirant, un réel paradis pour geeks où l’art urbain cohabite avec plus d’un millier d’ordinateurs Mac !

Dans l’école 42, 96 boulevard Bessières, Paris 17e. Visites les mardis de 19h à 21h et samedis de 11h à 15h. Entrée libre et gratuite sur réservation.

Prête à tout ou presque pour tenter de nouvelles expériences, me voici partie pour assister à la conférence animée par Florence Servan Schreiber, reine de la psychologie positive, sur Paris un soir de janvier avec une quarantaine d’autres participants.

Première surprise, 5 minutes sont à peine passées que tout ce petit monde se met debout et commence à chanter. J’imagine le regard étonné voire amusé des passants dans mon dos. Notre conférencière est forte pour mettre les gens à l’aise et nous voilà peu à peu au cours de différents exercices destinés à mettre l’accent sur ce qui nous réussit et nous épanouit à livrer à de parfaits inconnus un aperçu de ce qui nous a rendu heureux l’an dernier.

Le temps passe vite entre échanges bienveillants, découpe de magazines à la recherche d’images et mots clés évocateurs pour créer un moodboard, reflet de nos envies du moment.

Personnellement si j’avais dû évoquerkif-kif mes attentes pour 2017 de but en blanc avec des amis, je suis certaine que j’aurais mis en avant des aspects plus professionnels, alors qu’avec 3 heures d’atelier, une projection plus intime, plus profonde est ressortie. Pour moi, comme pour mes voisins, le bonheur réside souvent dans des relations fortes avec sa famille, ses amis.Une évidence qu’il est parfois bon de se remémorer…

Nous n’avons pas été abreuvés de théories sur le bien-être mais avons été actifs tout au long de la soirée et il me semble que chacun est ainsi reparti avec les idées plus claires et le sourire aux lèvres. Maintenant, à nous le bonheur !

Enregistrer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s